September 17, 2014, 12:35 pm

  FRANCAIS | ENGLISH | SOMALI

  Home    

 
 
La D├ęclaration de Djibouti: Une politique de suivi

DJIBOUTI (DjibTalk) 01-10-2010 Lors d’un point de presse accordé hier au terme des travaux de la conférence internationale sur la réduction de la vulnérabilité des populations migrantes et mobiles au VIH/SIDA, le ministre de la Santé , Abdallah Abdillahi Miguil, et le directeur exécutif de l’ONU SIDA, Michel Sidibé, ont réitéré leur intention d’accorder une importance particulière à la Déclaration de Djibouti.

Abdallah Abdillahi Miguil a expliqué dans ce sens qu’après ces quatre journées de travaux, l’ensemble des ministres présents ont fait leur «l’engagement de porter l’appel de Djibouti au niveau des instances internationales, continentales et régionales’’.

‘’Nous nous sommes aussi engagés à ce que l’ensemble des pays puisse s’approprier les recommandations et décisions de la Déclaration de Djibouti et de les insérer dorénavant dans leurs plans stratégiques de lutte contre le sida’’ a-t-il indiqué en substance.

Le ministre s’est montré très confiant quant à la réussite de cette conférence. Mieux, il a rassuré ses invités de marque auprès desquels il a confirmé le suivi de cette conférence qui ne serait pas juste une réunion protocolaire.

Sur sa lancée, Abdallah Abdillahi Miguil a estimé opportune la conjugaison des efforts des délégations participantes d’ici la fin de l’année et au début de l’année prochaine. L’objectif visé par ce biais est aux yeux du ministre que les recommandations et les décisions prises ici soient une réalité.

On retrouve une même logique chez le directeur exécutif de l’ONU SIDA. Le rendez-vous de Djibouti sur la vulnérabilité des populations mobiles et migrantes au VIH/SIDA a eu le mérite de regrouper des délégations issues de trente deux pays de l’Afrique et du Moyen-Orient selon Michel Sidibé.

Quant au succès de cette conférence, l’officiel onusien l’impute au consensus qui s’est dégagé autour de la mise en place nécessaire d’un système de suivi efficace dans la région.

‘’Il faudra s’organiser dans la région pour ne plus avoir des problèmes avec les personnes vivant avec le VIH/Sida en terme de déplacement et lever les obstacles à l’accès universel des soins qui est un objectif très important.

On peut essentiellement faire en sorte que la prévention de ces populations soit une réalité en se fixant des objectifs’’ a-t-il dit.

En référence aux propos du Chef de l’Etat djiboutien qui a prôné une lutte tout azimut contre la pandémie, Michel Sidibé a jugé indispensable l’implication de tous dans la riposte contre le Sida.

Il a par ailleurs ajouté que ‘’ce sont des objectifs concrets qui peuvent donner un contenue réel à une conférence. Et la conférence de Djibouti n’est pas comme les autres compte tenu de sa dimension régionale et son thème bien ciblé si l’on suit jusqu’au bout le fonds de sa pensée.

Ceci dit, le responsable onusien a déclaré qu’il faut étudier maintenant la manière d’appuyer les ministres de la sous région afin de faire en sorte que la Déclaration de Djibouti ne soit pas une lettre morte. Il s’agit pour lui d’en faire un outil que l’on peut défendre et présenter dans plusieurs discussions que ça soit au niveau du Fonds Mondial, au niveau de l’Union Africaine et la Ligue Arabe.

Outre ce vœu pieu, le ministre Abdallah Abdillahi Miguil et Michel Sidibé se sont accordés sur la solidarité très importante et effective qui a fonctionné durant ces 15 dernières années quant à la mobilisation des fonds dans la lutte contre le VIH. L’un et l’autre ont, cependant, fait part de l’existence de premiers signes inquiétants de relâchement en rapport avec les engagements que les pays européens ont pris en 2008.

Il faut mobiliser 27 milliards de dollars pour répondre aux besoins actuels des populations que ça soit pour les dix millions de personnes qui n’ont pas accès aux traitements ou pour prévenir les quatre cent mille (400 000) enfants qui naissent avec le sida chaque année ou les cinq cent mille (500 000) personnes qui meurent chaque année des suites de la co-infection tuberculose et Sida selon les explications du directeur exécutif de l’ONU SIDA.

« Or, nous disposons aujourd’hui de 17 milliards à cet effet » a-t-il dit Ceci étant dit, Michel Sidibe a affirmé qu’il y aura cette semaine une réunion de reconstitution du Fonds Mondial.

Et son souhait et celui de bien d’autres sont que les membres de ce bailleur multilatéral vont certainement contribuer d’une manière effective. La France a déjà annoncé une augmentation de 20% de sa contribution. C’est déjà un signal très fort. Et l’espoir de Michel Sidibé est que les autres pays suivent l’exemple de Paris.

 
Comments
 
Name
Email
Comments
Security Code  
 
BACK
 

Copyright 2010 DjibTalk.com - All Right Reserved.

Website Developed By : WebStudio.ca